Un Rwandais accusé d’espionnage expulsé du Burundi

Un Rwandais, employé comme directeur chez un opérateur de télécommunications au Burundi, a été expulsé, ce lundi, après avoir été accusé d’espionnage.

Employé comme directeur chez un opérateur de télécommunication au Burundi, un Rwandais a été expulsé après que le service de sécurité burundais l’eut accusé d’être un espion travaillant pour le service de renseignement étranger. Ce service de renseignement, selon le Burundi, est responsable de la vague de manifestations contre le troisième mandat du Président burundais Pierre Nkurunziza.

Deux jours auparavant, Antoine Masozera, recruté en 2012 par la société de télécommunications burundaise, a été sommé de quitter le pays dans les 48 heures, révèle un journal rwandais. Une décision qui intervient deux jours après que le Président rwandais Paul Kagame ait critiqué son homologue burundais sur son désir de s’accrocher au pouvoir.

En outre la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, a exprimé son inquiétude sur la détérioration de la situation politique au Burundi, indiquant que « malgré l’assurance donnée par le Burundi, on craint toujours que les rebelles rwandais basés dans l’est de la RDC ne puissent profiter de la violence au Burundi et déstabilisent le Rwanda ».

Le Président burundais, Pierre Nkurunziza, est candidat à la Présidentielle prévue le 26 juin prochain. Sa candidature a suscité une vague de manifestations, depuis le 26 avril dernier, particulièrement à Bujumbura, du fait que la Constitution stipule que le président de la République est élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire