Le Gouverneur Julien Paluku désapprouve la mesure suspendant la desserte de Goma par la compagnie Ethiopian Airlines.

Le Gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongya s’inscrit en faux contre la mesure prise par la direction générale de la Régie des voies aériennes (RVA) suspendant la desserte de Goma par les vols internationaux de la Compagnie Ethiopian Airlines.

L’Autorité provinciale qui séjourne dans la capitale de la RD Congo de retour d’une mission officielle en France dans le cadre de l’Association internationale des Régions francophones, croit qu’il n’y a pas de raison qui puisse concourir à la suspension des vols de la compagnie au Nord-Kivu.

Saluant la diplomatie grâce à laquelle le Chef de l’Etat a convaincu le Gouvernement Allemand à financer les travaux de prolongement de la piste de l’Aéroport de Goma, Julien Paluku appelle tous ses administrés au calme signifiant que les raisons invoquées par la RVA ne sont pas fondées car, selon lui, la piste d’atterrissage de Goma aurait été fermé à partir du moment où cette infrastructure avait été fermée lors de l’éruption volcanique qui avait engloutie plus des huit cent mètres de la chaussée aéroportuaire.

Le Gouverneur Julien Paluku promet saisir le Président de la République et l’ensemble du Gouvernement Central par le biais du Premier ministre pour transmettre le cris de protestation de la population face à cette disposition de la RVA.

L’ouverture, le vendredi 10 juillet dernier, de l’aéroport de Goma au trafic international a été bien accueilli par plus d’un habitant du Nord-Kivu par le fait qu’il s’agissait d’une occasion d’épargner les voyageurs au départ de cette ville de l’Est de la RDC au reste du monde évitant ainsi des contours dans les pays voisins.

Dans une correspondance, la RVA a évoqué les raisons des travaux d’entretien de la piste comme étant le motif des reports de la desserte de Goma par les vols de la compagnie Ethiopian Airlines qui pourtant utilise un appareil moyen comparativement aux autres compagnies fréquentant cette partie du pays.