L’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS, opposition), parti de l’ancien Premier ministre rd-congolais Etienne Tshisekedi, a annoncé samedi 27 juin accepter le dialogue proposé par le président Joseph Kabila, afin de trouver une solution à la crise qui sévit au pays.

Dans un communiqué publié à l’occasion du 55ème anniversaire de l’indépendance du pays (la République démocratique du Congo), l’UDPS a appelé les partis du pouvoir et de l’opposition “se retrouver rapidement sous la médiation internationale conformément à l’accord-cadre d’Addis-Abeba et des résolutions subséquentes du Conseil de sécurité de l’ONU en vue de se parler et de trouver ensemble une solution durable à l’actuelle crise politique”.

Le communiqué de l’UDPS a été lu samedi à Bruxelles en présence d’Etienne Tshisekedi, qui avait occupé trois fois le poste de Premier ministre, entre 1991 et 1997.

Pour Etienne Tshisekedi, le dialogue est “inscrit dans nos coutumes, le dialogue permet, autour d’une table, de trouver une solution (.. .), vouloir le dialogue n’est pas un acte de faiblesse”.

“La solution de la crise passe par le règlement de la crise du contentieux électoral de 2011 et par la tenue d’un processus électoral consensuel dans le strict respect du délai constitutionnel”, indique le communiqué.

Le secrétaire général de l’UDPS, Bruno Mavungu, a déclaré dimanche 28 juin à Xinhua que l’UDPS est disposée pour la tenue du dialogue.

Depuis le début du mois  de juin, le président Joseph Kabila a commencé à consulter les forces vives de la nation, les partis politiques de la majorité comme ceux de l’opposition, ainsi que les confessions religieuses et les corps diplomatiques.

Selon une source proche de la Présidence, le dialogue pourrait avoir lieu d’ici le mois d’août prochain.