Un français Jugé pour avoir reconnu 5 enfants de 5 Congolaises pour des papiers

Un Français de 43 ans, qui a admis avoir reconnu frauduleusement cinq enfants ces dix dernières années, pour permettre à leurs cinq mères, congolaises, d’obtenir des papiers, sera jugé mercredi 24 juin devant le tribunal correctionnel de Melun (Seine-et-Marne).

L’homme, marié et par ailleurs père naturel de quatre enfants, s’est rendu à cinq reprises dans des mairies pour reconnaître des enfants qui n’étaient pas les siens.

Il voulait ainsi «rendre service» à des femmes, qui grâce à lui ont toutes obtenu leurs papiers, avait-il expliqué en marge d’une première audience en novembre dernier, où le fond de l’affaire n’avait pas été abordé.

Né à Pointe-Noire au Congo-Brazzaville et naturalisé français en 1999, ce dragueur invétéré, selon ses propres aveux, avait reconnu, devant la police, avoir entretenu pendant plusieurs mois des relations sexuelles non protégées avec les femmes dont il reconnaîtra les enfants.

Les circonstances des reconnaissances restent cependant floues. Devant les enquêteurs, après qu’un signalement d’un tribunal d’instance fut parvenu au parquet de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie), l’homme s’est présenté comme la victime d’un «harcèlement» de femmes prêtes à le dénoncer à sa compagne légitime s’il ne reconnaissait pas les enfants.

Auditionnée par la police, la première femme dont il a reconnu l’enfant à naître avait déclaré avoir versé 300 euros au quadragénaire pour la reconnaissance de paternité frauduleuse. L’homme a, quant à lui, nié avoir été rémunéré.

En novembre, l’affaire avait été renvoyée, l’accusation n’ayant pas été en mesure de présenter des éléments cruciaux, notamment les actes de naissance des enfants.

La reconnaissance frauduleuse de paternité en vue d’obtenir un titre de séjour ou la nationalité n’est un délit spécifique que depuis 2005, puni d’un maximum de cinq ans d’emprisonnement.

Il est rare depuis de voir ce genre d’affaires jugées devant un tribunal, a fortiori avec un aussi grand nombre d’enfants et de mères concernées.

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire