Elections 2016: la Grande-Bretagne cogne (à son tour) sur Kabila!

Arrivé récemment à Kinshasa, le nouvel ambassadeur de la Grande Bretagne en RDC s’initie déjà à l’usage du lingala. Graham Zebedee en a parlé un peu le mardi 16 juin 2015 dans la soirée lors de la célébration de la fête d’anniversaire de la Reine Elisabeth II, suscitant par la même occasion les sourires de ses invités qui s’étaient déployés dans la cour de sa résidence.

Les civilités énoncées, le maître des céans a retracé l’historique de l’instauration d’un Etat de droit en 1215 en Grande-Bretagne, avec la signature d’une sorte d’accord politique entre le Roi et un groupe des barons rebelles. Ce texte considéré me la première Constitution au monde garantissait l’instauration de la démocratie, limitait les pouvoirs du Roi…En diplomate chevronné soucieux de soigner la forme de ses interventions, Graham Zebedee s’est servi d’une phrase charnière pour parler de la RDC. « Le prochain cycle d’élections est à nos portes. Parmi celles-ci, la tenue de la troisième élection au poste de président de la République », a-t-il indiqué. Si on se réfère à la Constitution congolaise, a-t-il précisé, il y aura transfert de pouvoir en novembre 2016».

Les ambassadeurs, parlementaires, éditeurs des journaux, activistes des droits de l’homme….venus en grand nombre à la chancellerie britannique le mardi soir ont entendu le diplomate britannique revenir sur la promesse faite dernièrement par Joseph Kabila aux ambassadeurs accrédités en RDC, de favoriser la tenue des élections crédibles, dans le respect de la Constitution. Il s’est attardé également sur les pesanteurs liées au développement durable de la RDC et des axes de la coopération entre les deux pays. Elégant mais explicite, il a évoqué les problèmes de la répartition des dividendes nés de la croissance économique en RDC, de la fiscalité à priori peu incitative et qui décourage des investisseurs potentiels. Si le secteur privé est bien encadré par l’Etat, a-t-il souligné, il va générer des ressources intéressantes au pays qui ne va pas trop miser sur l’aide au développement. Son pays travaille avec des acteurs étatiques et sociaux sur les problèmes de l’eau, de la santé, de l’éducation…..

Se rappelant un email lui envoyé par un étudiant sur les raisons de la présence britannique en RDC, il a dit que Londres a un partenariat de développement avec notre pays. Membre permanent du Conseil de sécurité, la Grande-Bretagne sera toujours aux côtés des Congolais qui en dépit des efforts fournis, ont un PIB le plus bas au monde.

Jean-Pierre Nkutu

 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire