Enfin de compte, le pasteur Ferdinand Kutino a pu quitter Kinshasa pour Paris où il se trouve actuellement pour y suivre des soins après avoir été incarcéré injustement à la prison de Makala durant 8 ans pour une condamnation politique de 10 ans.

Le pasteur Kutino s’était attiré les foudres du régime avec sa campagne « Sauvons le Congo » qui dénonçait la mauvaise gouvernance en donnant la parole au peuple sous forme de démocratie directe.

Le succès populaire était toute de suite au rendez-vous où la population de Kinshasa affluait à son temple sur l’avenue de l’Enseignement pour y vilipender le pouvoir. Pris de panique le pouvoir lui a tendu plusieurs pièges jusqu’à ce qu’il parvint à ses fins et le réduisit au silence dans le mouroir de Makala. La prison a vraiment ruiné santé jusqu’au point qu’à un moment on redoutait le pire à savoir sa mort.

Dieu merci, ce scénario catastrophe ne s’est pas produit mais il n’en demeure pas moins vrai que l’état de Kutino demandait qu’il aille suivre des soins à l’étranger. Craignant ses opinions, le pouvoir avait re¬jeté systématiquement ses demandes d’aller se faire soigner à l’étranger. Finale¬ment, le régime consenti à le « gracié » après 8 ans de prison alors qu’il lui resté 2 ans à purger leur inique peine. Vraie fausse grâce ! Finalement le pasteur de l’Eglise Victoire a pu quitter Kinshasa pour Paris. Il va se soigner mais pourra retrouver sa liberté de parole. Voilà qui devra donner de sueurs à un régime qui a érigé l’iniquité en mode de gouvernance en condamnant les innocents et en ab¬solvant les coupables.

MTN