Pourquoi l’opposition congolaise a-t-elle tourné le dos à Kabila?

L’Opposition vient finalement de lever l’équivoque sur le Dialogue politique qui défraie la chronique dans le microcosme politique congolais depuis les consultations menées par l’émissaire du président de la République, les 02,09,11 mai 2015 auprès des partis, regroupements et personnalités politiques.
Dans une déclaration rendue publique hier lundi 18 mai 2015 à partir de la paroisse. Notre Dame de Fatima, Vital Kamerhe, Delly Sessanga, Jean-Claude Vuemba, Ingele Ifoto, Munkokole … ont par la bouche de leur modérateur, Jean-Lucien Bussa, décliné cette offre de dialogue.

Les acteurs de l’Opposition ont déclaré inopportun ce forum en gestation qui vise, selon eux, le glissement à travers une transition politique. A ce sujet, Vital Kamerhe par exemple a rappelé que le 20 décembre 2016, la République Démocratique du Congo doit connaitre une passation civilisée de pouvoir entre le nouveau Président de la République élu et le sortant, Joseph Kabila, qui n’a plus le droit de postuler pour un troisième mandat, conformément à la Constitution.

Le président du CEDER, Jean-Lucien Bussa, a révélé que lors de sa rencontre avec l’émissaire de Joseph Kabila, l’opposition avait réaffirmé son refus de cautionner toute idée de transition débouchant sur le glissement des mandats des membres des institutions actuelles. L’Opposition se dit prête pour la bataille électorale, sous réserve d’obtenir du président Kabila et de la CENI, des réponses à ses préoccupations relatives à un processus électoral apaisé.

Il faut noter que lors de cette messe politique, d’autres questions touchant la vie de la nation ont été abordées, notamment les massacres à répétition à Beni, des manœuvres de déstabilisation des partis politiques de l’Opposition par leur dédoublement, la confiscation des droits de la minorité à l’Assemblée nationale, les événements du Burundi avec leur cohorte de réfugiés…

Par EW

 

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire