Guerre ouverte entre Kengo et Bemba!

Le torchon brûle entre le président du Sénat, Léon Kengo Wa Dondo, et le patron du MLC, Jean- Pierre Bemba! Entre eux c’est la guerre dé¬sormais ! Du moins une guerre épistolaire. Tout est parti d’une correspondance du sénateur Bemba, incarcéré à la Haye, adressée au président du sénat, dans laquelle le chairman lui demande de lui restituer ses sénateurs. Piqué au vif, Kengo ne s’est pas laissé faire, il a à son tour menacé d’invalider le sénateur Bemba.

Sa menace n’a semble-t-il pas impressionner Bemba qui reproche, à raison à Kengo, de faire main basse sur son parti en courtisant ses parlementaires pour les embarquer dans sa moribonde UFC (Union des forces du changement).

Bemba n’a pas tort car la plupart des Kengistes sont issus des rangs du MLC en commençant par l’ex Se¬crétaire général du parti e actuelle vice-premier ministre en charge du Budget, Michel Bongongo. Ce fut un parlementaire du MLC que Kengo a débauché. Combinard sans ancrage sociologique dans la société rd-congolaise, Kengo excelle dans l’art du débauchage.

Et ça Bemba, en a ras-le-bol, car son parti étant la pre¬mière victime des appétits politiques de Kengo. C’est notamment grâce aux voix des sénateurs MLC que Ken¬go avait pu l’emporter sur She Okitundu le candidat de la Majorité présidentielle en 2006 pour le perchoir de la chambre haute. Kengo qui n’a jamais affronté le suf¬frage populaire, a toujours su tirer partie des intrigues politiques. Grâce à cela il est surévalué politiquement et Kabila sait laisser prendre. Aujourd’hui, il déchante et veut s’en débarrasser avec l’organisation des élections provinciales, qui à coup sûr, évinceront Kengo du Bureau du sénat. En attendant, Kengo boulimique du pou¬voir continue à consolider son camp en lorgnant sur les partis des autres dont le MLC.

Les pratiques de Kengo, quoique moralement douteuses, sont de bonne guerre estime un analyste politique. Et qui précise que c’est à Bemba de savoir tenir ses troupes pour qu’elles ne succombent pas aux sirènes de Kengo. Bemba, dont la sortie de taule est annon¬cée pour imminente, veut en tout cas reconstruire un parti laissé en lambeaux par l’ancien Secrétaire général Thomas Luhaka. Le coup de gueule de Bemba contre Kengo est révélateur d’une chose, le chairman n’a pas perdu son appétit politique.

La menace de Kengo de l’invalider ne lui fait aucun effet nous confie un de ses proches. Au crépuscule du mandat du sénat, largement dépassé, Bemba n’a en effet rien à craindre. Le chairman n’a d’yeux en ce moment que son parti qu’il veut fort. Car avec un parti fort, il pourra prétendre à tous les postes qu’offre le pouvoir après une compétition électorale saine. La sortie de Bemba promet donc des étincelles car pendant qu’il est encore amoindri par une détention, il n’hésite pas à attaquer Kengo, son allié d’hier qui ne s’est pas fait prier pour faire des yeux doux aux par¬lementaires MLC.
PAUL MULAND

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire