Kabila contacte Bemba, vers une alliance?

Pendant que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) prolonge la date du dépôt des candidatures pour les élections provinciales, le pouvoir de Kinshasa vient de lancer des contacts avec certains leaders politiques de l’opposition dans la perspective de la convocation d’un dialogue politique.

Ainsi, les partis tels que l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d’Etienne Tshisekedi, l’Union pour la nation congolaise (UNC) de Vital Kamerhe et le Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba ont été approchés. Mais dans le cas du MLC, Thomas Luhaka – qui se réclame toujours secrétaire général du parti, même après sa déchéance – été royalement ignoré dans ces prises de contacts.

«Nous avons reçu le message venu de Monsieur Joseph Kabila et nous l’avons transmis à notre Président qui se trouve à Bruxelles, en Belgique », a déclaré Félix Tshisekedi, Secrétaire national de l’UDPS chargé des Relations extérieures. Il réagissait au message qu’il a reçu de l’émissaire du chef de l’Etat. Joseph Kabila. Dans la foulée, Félix Tshisekedi a révélé que le message reçu de missi dominici du numéro congolais a trait au dialogue politique que réclame son parti depuis plusieurs mois. Au niveau de l’UNC, l’émissaire de Joseph Kabila avait été reçu par le numéro 1 du parti, Vital Kamerhe. Ce dernier, dans un communiqué publié dans la presse, conditionne la participation de son parti à ces assises. En effet, l’UNC souhaite l’implication de toute l’opposition dans cette démarche et promet de rallier à la position de l’ensemble de l’opposition par rapport aux questions soulevées par l’émissaire de Joseph Kabila.

Thomas Luhaka ignoré

Pour apaiser les esprits avant la tenue des futures échéances électorales, le chef de l’Etat. Joseph Kabila, a, dans son agenda, levé l’option de parler avec les dirigeants du MLC, le parti du sénateur Jean-Pierre Bemba. Pour le compte du MLC, l’émissaire de Joseph Kabila a rencontré Mme Eve Bazaïba, l’actuelle Secrétaire général du parti. Pourquoi le « missi dominici» du chef de l’Etat n’a-t-il pas pris langue avec Thomas Luhaka qui, en principe, siège au Gouvernement pour le compte du MLC ? Cette question fait le tour de plusieurs salons politiques. Pour certains analystes, ce geste peut être considéré par le Vice Premier ministre et ministre des Postes Téléphones Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (PTNTIC) et son entourage comme un désaveu de la part de ses alliés de la Majorité présidentielle.

Déjà, dans l’épisode de l’adresse du siège national du MLC, Evariste Boshab, Vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, avait dans un premier temps reconnu celui érigé sur le boulevard Triomphal par son collègue Thomas Luhaka avant de se raviser. En clair, si jamais le dialogue politique se tenait et qu’il se soldait par la formation d’un Gouvernement d’union nationale – comme tentent d’analyser certaines sources – le départ de Luhaka et de ses deux autres collègues Egwake et Kambinga est presque acquis.

Bicéphalisme au MLC

Depuis la nomination de Thomas Luhaka. Omer Egwake ci-devant Ministre de l‘Urbanisme et Habitat ainsi que celle de Germain Kambinga. Ministre de l’Industrie trois hauts cadres du MLC, au Gouvernement dit de cohésion nationale – au mois de novembre 2014, le parti vit un bicéphalisme.

En effet, malgré la nomination de la députée nationale Eve Bazaïba en qualité de Secrétaire général par Jean-Pierre Bemba en lieu et place de Thomas Luhaka. ce dernier se considère toujours comme Secrétaire général du parti. En avril dernier, il avait même organisé un meeting populaire sur le boulevard où il dit avoir installé le nouveau siège national du parti. Lequel siège; depuis la création du parti, se trouve sur l’avenue du Port, dans la commune de la Gombe.

Par CONGO NOUVEAU

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire