Le journaliste Soleil Balanga a été décapité, jeudi 16 avril1 par un certain Musa, fils du superviseur de l’hôpital général de référence de Monkoto, dans le district de la Tshuapa (Equateur).

Selon la société civile locale, le meurtrier lui reprochait d’avoir publié, un jour avant, l’information sur l’affectation du nouveau médecin chef de la zone de santé de Monkoto.

Les mêmes sources renseignent que le présumé assassin avait tendu un piège à son bourreau qui revenait de la station de la Radio communautaire de Monkoto.
Une vive tension a eu lieu, mercredi 15 avril, dans cette cité après que l’autorité provinciale de l’Equateur a rendu publique la décision d’affectation du nouveau médecin chef à la zone de santé de Monkoto.

Deux camps se sont créés à l’Hôpital général de référence de Monkoto depuis l’annonce du nouveau directeur de la zone de santé de Monkoto. Ceux qui soutiennent le nouveau promu et l’ancien médecin chef de zone de santé se sont affrontés.

A l’initiative de la société civile locale, la population a organisé, le même mercredi, une marche de soutien à la nomination du nouveau médecin chef de zone de santé de Monkoto.

La décision de la nomination du nouveau directeur de cette zone de santé a été sanctionnée par une lettre du nouveau chef de Division du district de santé de la Tshuapa.

Pour éviter une nouvelle escalade de violences à Monkoto, le ministre provincial de la Santé de l’Equateur a décidé de surseoir cette nouvelle affectation.

Avec Le Phare