Les masques commencent à tomber un à un au sein de la Majorité Présidentielle (MP) où certains cadres pourtant bien servis durant le règne de Joseph Kabila à la tête du pays ont décidé de naviguer à contre-courant des intérêts de cette famille politique face aux incertitudes actuelles.

C’est le cas notamment du député MP Christophe Lutundula Apala, ancien Vice-président de l’Assemblée Nationale et une des têtes pensantes de la Majorité Présidentielle qui vient d’adresser une question orale avec débat au Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Intérieur sur le report des élections locales et la programmation lente de nouvelles provinces.

L’initiative de ce député national très proche du Pouvoir est perçue comme une rébellion au sein de la Majorité, à en croire un député de la Majorité qui a réagi sous couvert d’anonymat. “ Nous ne sommes pas d’accord avec notre camarade Lutundula, car toutes les deux questions qu’il soulève ont été examinées à Kingakati et la Majorité a levé des options claires pour lesquelles ce camarade était même satisfait des réponses données “, a notamment affirmé cette source dans les couloirs du Palais du Peuple.

Un autre député de la Majorité surpris en pleine discussion dans l’enceinte de l’hémicycle n’a pas caché son étonnement : « Lutundula est de la Majorité, pourquoi se permet-il de prendre cette position ?

Est-il conscient de ce qu’il fait après avoir été choyé par notre famille politique? “, s’est exclamé cet élu.

L’indignation suscitée au sein de la Majorité par la question orale initiée par l’ancien Vice-président de l’Assemblée Nationale tire aussi son explication dans le fait que l’auteur de ladite question a bel et bien participé au débat autour de la loi sur les nouvelles provinces avant que ladite loi passe au Parlement. Lutundula Apala aurait-il oublié qu’il a défendu favorablement le découpage territorial ?“ Et dès lors que cette loi a été adoptée e promulguée par le Chef de l’Etat, que veut encore Lutundula en s’attirant les projecteurs au nom du juridisme ? “, entend-on dire dans les rangs de la famille politique du Chef de l’Etat au Palais du peuple.

D’aucuns vont jusqu’à se demander si l’ancien No 2 de l’Assemblée Nationale ne chercherait pas simplement à monter les enchères pour obtenir en échange certains dividendes. Même alors, certains élus de la Majorité soutiennent que cela ne devrait pas faire oublier à Lutundula que l’Autorité morale de la Majorité avait fait de lui le Premier Vice-président de l’Assemblée Nationale sans tenir compte du fait qu’il reste le seul élu de son parti pourtant vieux de 25 ans
Au siège de la représentation Nationale où les habitués des lieux ont du mal à identifier les membres du parti créé par Lutundula, certaines voix soutiennent même que l’homme n’a jamais organisé la moindre réunion au sein de son parti. Les vives réactions provoquées au sein de la Majorité par la question orale initiée par Christophe Lutundula à l’endroit du Vice-Premier Ministre et Ministre de l’intérieur Evariste Boshab amènent certains membres de cette famille politique à se demander si l’ancien 1er Vice-président de la Chambre basse ne serait pas du nombre de ceux dont les partis n’existent que de noms et qui craignent de ne rien aux élections locales.

Cette affaire, à en croire certaines sources, ne manquera pas d’alimenter les conversations à la prochaine réunion de Kingakati. Après Lutundula, à qui le prochain tour?

Par DMK