L’affaire est dans toutes les bouches et dans tous les journaux, à Kinshasa, depuis le week-end pascal.

Les autorités congolaises ont reconnu avoir enterré de nuit, le 19 mars, dans le cimetière de Fula-Fula à Maluku (à quelque 120 km de Kinshasa), 424 corps anonymes.

Ce sont les habitants des environs qui avaient rapporté à la Monusco (Mission de stabilisation de l’Onu au Congo-Kinshasa) que des camions bâchés avaient été amenés là vers 2h du matin et avaient déchargé des corps, enterrés dans une fosse visible seulement par la terre remuée : aucune indication qu’il s’agit d’une fosse commune n’y a été apposée.

Indigents et fœtus

Selon certaines sources, le voisinage aurait dénoncé aux casques bleus l’odeur nauséabonde qui s’échappait de l’endroit. Selon d’autres, celle-ci aurait été invoquée par les terrassiers pour éloigner les quelques voisins du cimetière venus s’enquérir de ce qui se… Lire la suite ici