L’international congolais Chancel Mbemba a 4 dates d’anniversaire

Chancel Mbemba a 20 ans et l’Europe à ses pieds. Nombreux sont les clubs qui sondent Anderlecht pour s’attacher ses services : Newcastle, l’Atlético Madrid et le FC Porto… Sous contrat jusqu’en 2017, le joueur vaudrait près de 7 millions d’euros.

Un chiffre honorable pour un très jeune défenseur et une jolie plus-value pour le club belge, qui le recrute pour moins de 300 000 euros en 2011, alors qu’il évolue dans le petit club kinois du MK Étanchéité. Depuis, le joueur s’est imposé dans l’équipe première, a joué la Ligue des champions et terminé troisième de la dernière CAN. « Il est au sommet de son potentiel, c’est le moment idéal pour le vendre », assure Paulo Teixeira. Cet agent de joueurs avait révélé l’âge réel du Congolais à CNN en 2013, dans l’indifférence générale : « Il a 26 ans en réalité. C’est une belle hypocrisie, mais c’est le business du football. »

Des U23 congolais aux U19 d’Anderlecht

Pour la FIFA, Chancel est né à Kinshasa, en République démocratique du Congo, le 8 août 1994. Pourtant, ses premières licences, signées chez les petits clubs de La Grâce et de l’AS Mputu, indiquent qu’il est né… en août 1988. Lors d’un match de qualification pour la CAN en juin 2011, il est cette fois présenté par sa Fédération comme étant né le 30 novembre 1991. Mieux : le joueur déclare, un jour, dans une interview, être né en 1990. Ça fait beaucoup de mises au monde pour un seul gosse. À l’origine de cet imbroglio, un transfert obscur en 2011 vers le championnat belge. Assis à la terrasse d’un café de la capitale congolaise, Vieux Mputu, le président du club formateur de Mbemba, se souvient : « Chez moi, il était né en 1988. Je l’ai acheté à une équipe de 3e division, l’AS Grâce, en 2008 pour 1200 dollars. Il n’a fait qu’une année dans mon équipe avant d’être convoité par le MK Étanchéité. » Le président du MK, Max Mokey, surnommé « le mafiateur de Kinshasa», arrange très rapidement son départ pour la Belgique en mai 2011, via l’agent de joueurs Fabio Baglio. Déjà enregistré à la Fédération congolaise comme international U23, Chancel Mbemba rejoint les juniors d’Anderlecht, où il joue quelques matchs avec les moins de 19 ans. Entre l’Afrique et l’Europe, il a perdu six ans.

« Il a essayé de m’arnaquer»

Mais les instigateurs du trafic vont aller trop loin. « On avait convenu avec Max Mokey qu’en cas de revente du joueur à l’étranger, il devait me céder 30% du montant, témoigne Mputu. Il a pourtant encaissé la totalité du transfert vers Anderlecht sans me donner ma part, il a essayé de m’arnaquer. » Les documents sur la véritable identité du joueur commencent alors à sortir. Face à la polémique, Anderlecht renonce une première fois à Chancel, qui retourne momentanément à Kinshasa. « Vu les zones d’ombre entourant son cas et les conséquences légales qui pourraient en découler, nous avons décidé de ne pas offrir de contrat d’emploi à Mbemba », fait alors mine de s’étonner Herman van Holsbeeck, le manager d’Anderlecht, entendu par la FIFA. Heureusement pour le joueur, le tribunal de Kinshasa confirme sa naissance en 1994, avec la bienveillance de la Fédération congolaise et de son président Constant Omari, désireux d’étouffer le scandale. En août 2012, Chancel a donc 18 ans. Il peut enfin retourner en Belgique pour poursuivre sa carrière, en attendant les résultats de l’enquête lancée par la FIFA… il y a plus de deux ans. « Nous sommes toujours en train d’étudier le dossier, lâche Giovani Marti, attaché de presse de la FIFA. Et nous ne pouvons rien dire. » Même pas que le joueur est bien né un 8 août ?

Lire l’article sur Sofoot.com

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire