Président de l’Assemblée nationale, mais surtout Secrétaire Exécutif de la Majorité Présidentielle, Aubin Minaku est compté parmi les personnes qui font partie du premier cercle du chef de l’Etat, Joseph Kabila. En cette période où la République Démocratique du Congo se prépare pour des échéances électorales, avec à la clé la présidentielle (le novembre 2016, quand ce juriste de 49 ans parle, tout le inonde le suit avec attention.
Les Congolais et ceux qui suivent de près l‘actualité politique qui prévalut actuellement en RDC, se sont livrés à cet exercice. Ainsi, dans une interview accordée à Radio France Internationale (RFI), Aubin Mïnaku est largement revenu sur la situation mouvementée qui règne au sein de sa famille politique.

Qui défendra la Majorité Présidentielle à la présidentielle de novembre dans la mesure où Joseph Kabila, bloqué par l’article 220 de la constitution, ne pourra pas briguer un troisième mandat ? Répondant à cette question, Aubin a eu cette réponse : « Tout celui qui sait ce que signifie le sens d’un serment devra respecter la décision qui sera prise par cette Majorité Présidentielle sous le leadership du Président de la République. Donc, je ne vois aucun membre de la Majorité présidentielle, respectueux du serment de la Charte de la Majorité présidentielle de pouvoir se déclarer candidat ».

Comme on peut le voir, le patron de la Majorité présidentielle a coupé court au débat sur le choix du dauphin de Joseph Kabila. Pour certains analystes, Aubin Minaku, vient, à travers cette interview, brandir un « carton rouge » à Moïse Katumbi ou Augustin Matata qui ne cacheraient plus leurs ambitions pour 2016.

CONGO NOUVEAU