Le président rwandais Paul Kagame va-t-il rempiler pour un troisième mandat à l’occasion de la présidentielle de 2017 ? En principe, la Constitution le lui interdit. Mais, ces derniers temps, l’idée d’un référendum sur un amendement de la loi fondamentale est de plus en plus souvent évoquée. Quant à l’intéressé, il ne s’est pas exprimé clairement sur la question.

Paul Kagame est l’artisan de la reconstruction après le génocide : arrivé au pouvoir en 1994 – d’abord en tant que vice-président puis en tant que président –, il mène son pays d’une main de fer depuis lors. Et s’il a incontestablement transformé le Rwanda, ces évolutions se sont accompagnées d’une violente répression, comme le détaillait The New York Times dans un long portrait traduit par Courrier international.

Convaincu de la bonne foi de Paul Kagame, un journaliste basé à Kigali explique dans les colonnes du journal ougandais The New Vision pourquoi il est indispensable que le président poursuive sa mission.

ea_mar_07_15_kagame_on_running_again_for_president_0

“Vu la contribution de Kagame au maintien de la paix au niveau régional comme à l’intérieur des frontières rwandaises, personne ne conteste qu’il est un faiseur de paix. Par ailleurs, la sécurité de la région est menacée, estiment les observateurs au regard des guerres récentes au Soudan du Sud, en RDC et en Somalie. Or si Kagame prenait sa retraite l’insécurité pourrait s’étendre au Rwanda.”