L’actuel gouverneur de la province cuprifère a décliné l’offre de briguer le poste de gouverneur de la future province du Haut Katanga, tout en annonçant aux notables et chefs coutumiers qui l’ont abordé sa volonté de se retirer pendant un moment de la politique.

Dans sa réponse réservée, le 15 mars, à l’offre de ces notables et chefs coutumiers de ce qui sera prochainement la province du Haut Katanga, l’actuel gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, a annoncé son retrait momentané de la politique- du moins à ce niveau là. Il leur aurait fait comprendre que la politique n‘était pas, pour lui, un métier. « Je ne suis pas d’abord le seul Congolais qui doit diriger cette province. Il faudrait l’alternance. J’étais gouverneur pendant huit ans, c’est beaucoup. Sinon, je vais violer la Constitution. Et je voudrais voir l’après-moïse dans le bon sens. Je voudrais voir un avenir meilleur de tout le peuple katangais que ça soit dans les trois autres provinces que dans le Haut Katanga »,a déclaré Moïse Katumbi cité par radiookapi.net.

Une petite leçon de la gestion de la république

Résumant sa réaction à la demande de ses interlocuteurs, l’actuel gouverneur du Katanga a clairement dit qu’il était en train « de prendre un petit repos » « J’ai dit que je n’accepte pas l’offre. Je leur ai dit sincèrement merci mais je suis en train de partir. Je suis en train de prendre une pause. Pour moi, la politique n’est pas un métier. Il faut savoir arriver, il faut savoir partir. Je suis en train de prendre un petit repos et je continuerai à servir le peuple katangais comme dans le temps et aider aussi nos prochains gouverneurs », a-t-il noté

Cette réponse, réservée aux notables et chefs coutumiers réunis dans un forum à Lubumbashi au cours duquel ils ont planché sur les atouts et les défis de cette province à installer, traduit la position de Moïse Katumbi quant à son avenir politique ainsi que sa vision sur la gestion de la chose publique. Ce qui éclaire également une certaine opinion sur toutes ces questions qui se posaient pendant son long séjour à l’étranger et dont certaines n’avaient pas encore trouvé des réponses, malgré sa dernière sortie médiatique et des révélations faites devant la population qui est venue l’accueillir à Lubumbashi à son retour de l’Europe.

La position affichée de Moïse Katumbi devra également rassurer certaines personnes qui convoitaient le poste de gouverneur du Katanga ou de ses nouvelles subdivisions. Car un challenger de taille vient de se déclarer non partant. Par contre, selon certaines sources, le repos ou le retrait annoncé par Moïse Katumbi n’a rien à voir avec les ambitions de 2016 qui ont fait couler beaucoup d’encre et de salive. Si, en effet, Moïse Katumbi s’est clairement prononcé sur le gouvernorat du Haut Katanga dont la proposition lui a également été distinctement faite par les notables et les chefs coutumiers de cette partie de la grande province, l’actuel gouverneur n’a pas clairement donné sa position sur son actuel poste que certaines personnes qui le convoiteraient voulaient le voir abandonner et encore moins sur ses ambitions sur la succession de Joseph Kabila, que d’autres lui colleraient aussi à la peau. Des interrogations continueront donc à attendre des réponses dans ce sens.

La loi sur le découpage territorial promulguée début mars par le chef de l’État congolais, Joseph Kabila, institue vingt-six provinces en RDC, conformément à la Constitution. Selon cette évolution, l’actuel Katanga devra être éclaté en quatre nouvelles provinces dont le Haut Katanga, le Haut-Lomami, Lualaba et Tanganyika.

Lucien Dianzenza