Les très controversées indemnités de sortie du « Matata Team »

Dans une motion incidentielle après l’exposé du Premier ministre sur l’économie du projet de budget 2015 et juste avant l’ouverture du débat général sur la question, le président du groupe parlementaire MLC et alliés, Alexis Lenga a fustigé le fait que le gouvernement actuel réputé démissionnaire et dont les membres ont déjà perçu les indemnités de sortie, vienne défendre le projet du budget 2015.

Il a estimé qu’avec la lettre du Premier ministre  adressée à ses ministres limitant leurs pouvoirs aussitôt après l’annonce par le président de la République de la mise en place du gouvernement de cohésion nationale à l’issue des Concertations nationales, le gouvernement Matata se trouve dans l’impossibilité de défendre le projet de budget.

Pour trancher sur cette motion, le président de l’Assemblée nationale a accordé la parole comme l’exige la procédure à deux pour et deux contre. Bamporiki et Alonga de l’opposition ont soutenu la motion en exigeant aux membres du gouvernement de restituer les indemnités de sortie pour prétendre défendre le budget.

Par contre, Lutundula et Botakile de la majorité  ont rejeté la motion en démontrant que l’actuel locataire de la primature conformément à la constitution, n’a pas démissionné. D’après ces deux juristes de la majorité, le gouvernement Matata n’est pas réputé démissionnaire, tant que le chef du gouvernement n’a pas déposé officiellement  sa lettre de démission auprès du président de la République comme l’exige la Constitution.

Lutudula et Botakile ont toutefois condamné le payement anticipatif des indemnités de sortie aux membres du gouvernement. A ce sujet, Botakile a suggéré la mise en place d’une commission d’enquête pour vérifier cette information  livrée par les députés de l’opposition. Soumis au vote par Aubin Minaku, cette motion d’Alexis Lenga a été rejetée en bloc par une écrasante majorité des députés.

Pendant le débat sur le projet de budget, le député Jean Lucien Bussa a fait état de la surestimation des prévisions budgétaires. Pour l’élu de Budjala, les 9 milliards de dollars alignés par le gouvernement ne seront pas réalisés et le financement extérieur de 1 milliard de dollars prévu serait aléatoire.

Ce budget n’est pas crédible, poursuit-il, tant que le gouvernement n’est pas sincère dans sa vraie capacité à mobiliser les ressources internes et externes.  Muhindo Nzangi Butondo du MSR a souligné la faiblesse du gouvernement à mobiliser les recettes intérieures pour booster le développement du pays. A titre illustratif, il a relevé le cas des blocs pétroliers des lacs Albert et Edouard dont les recettes ne sont pas visibles dans ce projet de budget, alors qu’ils peuvent le financer à l’ordre 30 % à l’instar du bloc pétrolier de Mwanda qui contribue déjà à 15 % dans le budget national.

L’honorable Mashimba a plaidé pour la défiscalisation des entreprises de presse pour l’amélioration du salaire du journaliste, appelé à jouer le rôle de chien de garde de la démocratie en appuyant la démocratie sous tous ses anales.

EW/ Le Phare

Commenter

Cliquez-ici pour commenter

Laisser un commentaire