27.5 C
Kinshasa

Le Groupe Léopards :

dimanche, juillet 5, 2020
- Publicité-

Propositions des lois Minaku et Sakata: les députés du CACH et de Lamuka accusent leurs collègues du FCC de s’obstiner à opérer un passage en force

Il s’est poursuivi depuis vendredi 26 juin au niveau de la commission Politique administrative et juridique (PAJ) de l’Assemblée nationale, l’examen des trois propositions de loi Minaku-Sakata sur la réforme du système judiciaire congolais.

Les députés du Cap pour le Changement (CACH) et de l’opposition parlementaire Lamuka dénoncent leurs collègues du FCC de s’obstiner «  à opérer un passage en force » pour faire adopter les dites propositions des lois.

Pour marquer leur colere, ils ont, à cet effet, décidé de suspendre leur participation à ces travaux de la commission PAJ.

Ils parlent de « l’inconstitutionnalité et l’inopportunité » de ces trois propositions de loi.

Les députés du CACH affirment quitter la salle des travaux pour ne pas être complices du complot de « caporalisation de la justice », selon Tony Muaba, député du CACH.

Pour sa part, Jacques Djoli, de l’opposition parlementaire, appelle le FCC à une attitude républicaine face à des reformes jugées inopportunes.

Il plaide pour le retrait de ces trois propositions de loi afin de donner la chance aux reformes plus importantes, comme celle de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

De son côté, le député Lucian Kasongo, président de la commission PAJ affirme que l’Assemblée nationale et les commissions travaillent sur base de la constitution et le règlement intérieur.

“Jamais nous pouvons faire un travail qui va à l’encontre de ces deux lois. Jamais nous allons arraché l’indépendance de la justice”, a-t-il dit.

Le député Lucain Kasongo a par ailleurs appelé la population congolaise au calme.

“La population doit rester calme parce que le processus du vote d’une loi ne s’arrête pas à l’Assemblée nationale, parce que le Sénat doit aussi l’examiner avant de l’envoyer au Président de la république. Je ne sais jamais , le Chef de l’État ne pourra jamais signer une loi qui fâche la constitution”, a-t-il renchéri.

Dans ces nouvelles réformes, proposées par les députés Aubin Minaku et Gary Sakata, il y a le renforcement du pouvoir d’injonction du ministre de la Justice en lui permettant de sanctionner par mesures conservatoires les magistrats coupables.

Des propositions des lois à la base des protestations au sein de la magistrature et de la classe politique.

Le Palais du peuple, siège du Parlement a été envahi mercredi 24 juin par des manifestants, qui voulaient empêcher l’adoption de ces textes et plusieurs manifestations organisées au cours de la semaine dans plusieurs villes du pays dont Kinshasa, Lubumbashi, Mbuji-Mayi et Kananga pour dénoncer les dites propositions des lois.

Il sied de rappeler que c’est depuis mardi que la commission PAJ poursuit l’examen de ces trois propositions de loi, selon Lucain Kasongo.

Thierry Mfundu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Les plus lus

RDC : Hamida Chatur Kamerhe est convoquée au parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa-Matete ce jeudi 2 juillet

Madame Hamida Chatur, épouse du Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe, est attendue ce jeudi 02 juillet 2020 au...

Le mea culpa du roi Belge sur le passé colonial de la RDC : ”Aujourd’hui ce discours mérite de se transformer à des enseignements...

Dans une lettre adressée au Président de la République, Félix Tshisekedi, à l'occasion du 60ème anniversaire de l'indépendance de la RDC, le...

Covid-19/ Économie: Le Gouvernement a remis des chèques à un deuxième groupe d’opérateurs économiques, en vue d’atténuer l’impact de la COVID-19 sur leurs entreprises

Le gouvernement, par le biais du ministère de l'industrie, Julien Paluku, a procédé lundi à Kinshasa, à la remise des chèques à...
- Publicité-