Bababaswe affirme avoir été « rossé » pour ses opinions à l’issue d’une réunion au FCC

C’est un séisme contenu dans une émission que l’ex député Zacharie Bababaswe vient de créer par ses aveux, accusant la coalition de Joseph Kabila d’entretenir un climat dictatorial.

L’ancien député a confirmé qu’il a été attaqué en rentrant chez lui alors qu’il revenait de prendre part à une réunion houleuse du FCC. Une réunion de consultation qui , sans doute, rôdait autour des stratégies à utiliser pour dévier la pression populaire et internationale contre le régime du président Kabila. On est ici à l’an 2018, 2 ans après que son mandat Constitutionnel ait expiré.

Le patron de Direct.Tv a donc été passé à tabas par des inconnus en rentrant de cette réunion. Une réunion au cours de laquelle il affirme avoir été contredit de vive voix par ses autres collègues du FCC alors qu’il exprimait son opposition au schéma d’aller dans un sens moins bon, selon lui. Il n’a pas précisé le dit sujet ou ses propos.

Pendant ce temps, et toujours selon les explications de Bababaswe, tout laisser croire que Joseph Kabila se préparait d’abord à nommer Azarias Ruberwa comme premier ministre issu de l’accord de la Saint Sylvestre. Et ensuite il se disait qu’il voulait briguer un troisième mandat ou bloquer indéfiniment les élections en pondant des prétextes au quotidien, etc.

L’homme lance avec ironie  » Yo oyoka te que nazuelango ba Mbata? »( t’avais pas appris que j’avais reçu des gifles là bas ?) affirma-t-il en répondant à la question du chroniqueur Papy Mboma. Le chroniqueur voulait savoir la raison pour laquelle cet ex sociétaire du FCC avait décidé de quitter le navire.

Et de poursuivre  » kuna balingaka vérité te » a-t-il affirmé sans nommément désigner les individus. Comprendre par là que au FCC la vérité importe peu.

Moïse Dianyishayi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top