Société : Gratuité de l’enseignement primaire, une confusion totale.

Considéré comme l’une de promesse à impact direct sur la population, l’annonce du Président de la République réinstaurant la gratuite de l’enseignement primaire a plongé les salons et autres centres de réflexion sur l’enseignement national dans un débat interminable, depuis le mois de juillet.

A deux semaines de la rentrée scolaire 2019-2020, Direct.cd a effectué une rond à Kinshasa pour se rendre compte de la réalité sur terrain, le constat est loin du changement annoncé dans ce secteur.
A Kinshasa ouest par exemple les inscriptions sont en cours, celle-ci varie selon les écoles, certaines fixent à 50$ l’inscription d’un élève en première année primaire, les autres vont plus loin jusqu’à 150$ et plus.
Le phénomène  » Confirmation » se pratique merveilleusement bien dans les écoles de l’ouest ( Gombe, kinshasa, Ngaliema, kitambo, selembao, mont Ngafula).

La confirmation, consiste selon les ecoles de Kinshasa et autres provinces, à exiger l’élève qui a passé de classe à valider sa place dans la même école moyennant une somme d’argent, auprès de certaines écoles où nous nous sommes renseignées c’est la moitié des frais payés lors de l’inscription soit 20$ pour certains cas, les plus exigeantes obligent 40 ou 50$ de confirmation.  » Le chef de l’État a promis la gratuite de l’école primaire, aucun parent ne peut prendre les enseignants en charge mais ce que nous vivons c’est le contraire, l’école nous exige beaucoup avant d’obtenir une place seulement l’inscription nous coûte plus de 200$ et nous ne sommes pas épargné par les acomptes sans quoi l’enfant n’a pas droit d’école sans oublier que les places sont limitées » nous a laissé entendre une dame au sortir d’une école à kitambo.

L’ÉCOLE VEND LES FOURNITURES SCOLAIRES

Il y a rien de gratuit, des simples tablier de crèche aux chemises d’uniformes d’école les parents sont contraint à cette immuable réalité depuis plus 3 décennies.
La pratique bat son plein dans les écoles de Gombe, ngaliema, limete, bbandalungwa, quelle soit privée ou publique, conventionné catholique, protestante ou encore saluste. « A défaut d’une chemise, l’école vend les poches aux insignes et couleurs de l’école et les tissus pour les manches ou col de la blouse, mais la jupe est obligatoire » se plaint Miché Nzau responsable d’un élève rencontré dans une école à Gombe.

UN DÉBAT HOULEUX DANS LES ÉCOLES SUR LA GRATUITE DE L’ENSEIGNEMENT.

Ils vivent le calvaire, les responsables des écoles, certains recourent à leur champ lexical et fluidité de mots pour convaincre les parents septiques, qui n’ont qu’une seule phrase  » l’école primaire est gratuite, c’est la décision du président »
Nous avons assisté à plusieurs débats lors de notre ronde et certains prenaient de proportions très inquiètantes.
Le flou plane sur l’effectivité de cette gratuite, selon la société civile thématique éducation, il est techniquement impossible de tenir la gratuite de l’enseignement primaire pour cette année qui est à deux semaines de la rentrée scolaire.

Deward Muamba K.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top