Thambwe Mwamba, ministre à l’insulte facile contre les journalistes

 

Après avoir qualifié les opposants prisonniers de voyou, pour Franck, de violeur pour Diomi Ndongala et d’escroc pour Muyambo, le ministre de la justice a poursuivi son speech en insultant les journalistes de « minables, misérables et des personnes qui écrivent n’importe quoi pour peu d’argent ».

L’Union Nationale de la Presse du Congo s’est dit scandalisée par ces propos combien méprisants, irresponsables et irrespectueux du Ministre de la Justice, à l’endroit des journalistes congolais.

Il faut rappeler que c’est dans son intervention à la tripartite CNSA-CENI-Gouvernement, le lundi 16 juillet 2018, que Thambwe n’a pas ménagé les journalistes qui « écrivent n’importe quoi pour peu d’argent, 1.000 ou 1.500 dollars us de Moïse Katumbi et continuent à lui accorder la parole. »

Réponse du berger à la bergère. Dans une lettre écrite par Kasonga Tshilunde, président de la corporation journalistique, le 17 juillet, l’UNPC proteste énergiquement et considère ces propos comme inacceptables et indignes d’un homme d’Etat qui, de par son passé, n’a aucune leçon de moralité à donner aux journalistes.

Compte tenu de la gravité de ces insultes, poursuit le communiqué, « l’UNPC, en sa qualité de cadre fédérateur de tous les journalistes et organisations professionnelles des médias en RDC, exige de Mr Thambwe, le retrait, endéans 48 heures, de ces insultes, faute de quoi la profession prendra des mesures graves de rétorsion ».

Par ailleurs, fait savoir le président de l’UNPC, un possible embargo contre Alexis Thambwe Mwamba n’est pas exclu. Ce, si le ministre de la justice s’entête de retirer ses propos méprisants et irrespectueux tenus lundi dernier à l’endroit des journalistes congolais.

Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top