« Kabila, candidat président, le mois d’août connaîtra des marches, grèves et de villes mortes » (CLC)

 

Dans une déclaration faite ce samedi 7 juillet à Kinshasa, le Comite Laïc de Coordination (CLC), previent l’opinion tant nationale qu’internationale que, si le président Kabila annonçait sa candidature pour l’élection présidentielle à venir, il aura violé et trahi publiquement son serment constitutionnel.

« Puisque le président Kabila est au pouvoir depuis 2001, élu en 2006, réélu en 2011, en fin de mandat depuis 2016, semble se préparer activement à poser sa candidature pour un troisième ou quatrième mandat en 2018. Ce, compte tenu de son silence sur les déclarations et affiches de ses partisans », lit-on dans le communiqué.

Cependant, les laïcs catholiques avertissent, à leur tour, sur l’éventuelle reprise d’activité des rues, notamment les villes mortes et marches pacifiques au mois d’août.

« En conséquence, à dater de ce jour du dépôt de sa candidature, le CLC se verra automatiquement dans l’obligation: d’inviter le peuple congolais à ne plus le reconnaître comme Chef de l’État légitime et à la Communauté internationale de ne plus le considérer comme le représentant légal et légitime de ses intérêts; Le CLC va décréter le mois d’août, mois d’actions combinées de marches pacifiques, de sit-in, de villes mortes, de grèves généralisées et d’actions de désobéissance civile, sur toute l’étendue de la République. Ce, en vue d’obtenir la démission du président Joseph Kabila et de son gouvernement, devenus des véritables obstacles des élections crédibles, transparentes et apaisées », precise le communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top