Les évêques catholiques en colère contre le bourgmestre de la Gombe

 

La Conférence Épiscopale Nationale du Congo (Cenco), a sommé, dans un communiqué publié le lundi 4 juin, le bourgmestre de la Gombe, Dolly Makambo, de « demander pardon au peuple congolais pour son comportement que l’épiscopat catholique juge indigne ». Ce, pour avoir arraché, sans mandat, des banderoles dans l’enceinte du Centre Interdiocésain, siège de la CENCO, le week-end dernier.

« Le Samedi 2 juin 2018, à 15h22, Dolly Makambo Nawezi, Bourgmestre de la commune de la Gombe, est entré dans l’enceinte du Centre Interdiocésain où il avait fait arracher, par le policier qui l’accompagnait, les banderoles qui étaient déployées sur la façade du bâtiment principal du Centre. Ces banderoles invitaient au respect des dispositions de la Constitution et de l’Accord de la Saint-Sylvestre », peut-on lire dans le communiqué signé par le secrétaire général de la CENCO, Abbé Donatien N’shole. Le communiqué fait aussi état des menaces faites par la garde de Dolly Makambo, aux gardiens de la Cenco.

Cependant, selon le même communiqué, l’épiscopat catholique ne comprend pas que l’affichage, sur le lieu du dialogue, des fondamentaux de l’Accord de la Saint-Sylvestre soit perçu, par le premier citoyen de la Gombe, comme un danger à l’ordre public.

De son côté, le numéro un de la commune de la Gombe a fait savoir qu’il était de son devoir d’arracher toute affiche placée sans permission préalable, dans sa commune. Il aussi expliqué que les affiches de la Cenco n’étaient pas les seules à être attachées, il en avait fait avec d’autres sur toute l’étendue de sa commune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top