Feuilleton Machine à Voter: La Commission électorale coréenne saisit la justice coréenne.

Suit aux sulfureux débats que suscitent l’utilisation de la machine à voter en RDC, la Commission électorale de Corée du sud, où cette machine a été fabriquée, a saisi la justice de son pays. Ce, après des soupçons de malversation contre le secrétaire général d’A-web, une association mondiale de Commissions électorales, basée en Corée, qui faisait justement la promotion de la machine à voter en RDC Congo. Selon Rfi, qui livre cette information, Kim-Yong Hi est soupçonné d’avoir favorisé la société coréenne Miru, alors que son organisation est censée favoriser la transparence du processus électoral. La Corée du Sud avait déjà, ces derniers jours, dénoncé l’usage de cette machine au Congo, en évoquant des risques, poursuit le site de la Radio France Inter.

Pire, Kim-Yon Hi était encore au Congo en décembre dernier pour défendre la machine à Voter, présenté par la Commission électorale congolaise comme une invention congolaise et décriée à l’époque par plusieurs partenaires du Congo dont les États-Unis, écrit le site rfi.fr. C’est donc à l’issue d’un audit interne lancée par la Commission coréenne, que Kim-Yong Hi a été dénoncé pour pratique commerciale abusive. Son organisation, A-web, est pourtant censée être une organisation sans but lucratif. Dénoncé aussi pour entraves aux procédures de passation de marché et violations de la loi sur les subventions. La question que l’opinion se pose est celle de savoir pourquoi la Commission électorale coréenne s’en mêle ? Sans doute parce qu’A-web est basée en Corée. Elle a été créée en 2013 sur impulsion de Séoul, financée notamment par la Commission électorale de Corée et le gouvernement coréen. 

Par contre, la Commission électorale coréenne dit n’avoir pour l’instant pas demandé de poursuites contre Miru, la société qui aurait bénéficié de ces avantages, car c’est une société de droit privé. Et elle ajoute avoir informé la Céni Rd congolaise de ses soupçons. Selon un député coréen, cité par l’un des plus grands journaux coréens mi-mars, l’audit interne qui a pointé ces malversations concernait non seulement le contrat avec la RDC, mais aussi avec les îles Fidji qui ont obtenu via A-web, en novembre 2017, 53 machines à voter de la société Miru, le même modèle qu’au Congo. 

Interrogé par RFI, le ministre congolais de la Communication, Lambert Mende, a déclaré que les questions autour du contrat coréen ne concernaient pas le gouvernement. Il a toutefois dit se souvenir que «c’est un vieux projet qui date du vivant de l’abbé Malu Malu» (ancien président de la Céni) et craindre que le dépôt de cette plainte contre le secrétaire général d’A-web soit le résultat «d’une guerre commerciale en Corée».

Il a été aussi signalé que cette même machine avait été exposée lors d’une réunion, en novembre 2017, consacrée aux nouvelles technologies dans le cadre des processus électoraux organisés par A-web en Corée du Sud pour ses membres. Il a été aussi révélé à rfi.fr que déjà en août 2017, Miru faisait la promotion de cette machine en Bulgarie avec des bulletins aux couleurs de la RDC. A cette époque, le débat en RDC n’avait pas été encore lancé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top