Match RDC-TANZANIE: Le Ministre Papy Niango responsable de la débâcle des Léopards

Le Conseiller spécial du chef de l’État en matière de bonne gouvernance, lutte contre la corruption, le financement du terrorisme et le blanchiment des capitaux, Luzolo Bambi qui a convoqué lundi 02 avril à son office, le président de la Fecofa, Constant Omari et le secrétaire général aux sports, Barthélemy Okito, se rendra compte d’énormes bourdes du Ministre des sports, Papy Niango. Dans une interview accordée à la radio Top Congo, le patron des sports a jugé très élevé le montant d’un million de dollars pour l’organisation du match contre la Tanzanie. Pourtant, le document déposé à son cabinet démontre le contraire. Il indique deux matches amicaux : Tanzanie- RDC et Nigéria-RDC.

Au sujet du match de la Tanzanie, les prévisions de la Fecofa s’élèvent à 394 mille dollars + 109 mille euros. Le gros de ce montant revient aux primes des joueurs et aux membres du staff technique. Il faut dire que la prime des 5000 dollars par joueur avait été négocié et acté par la Présidence de la République depuis l’époque de Claude le Roy et de la Dircaba, Mayuma Kala. À cela, il faut ajouter l’affrètement de l’avion. Par heure, Congo Airways taxe 25 mille dollars. Normal parce qu’il y a de frais d’atterrissage, de survol et autres. L’ancien Premier ministre, Augustin Matata, en sait quelque chose. Les documents transitaient aussi par lui pour son quitus.

Dans les calculs, il faut intégrer également l’hébergement, la restauration et tous les autres services à Kinshasa et Dar es salam. A bien scruter les prévisions de la Fecofa ( les prévisions sont toujours susceptibles d’être revues à la baisse ou à la hausse ), les montants avancés par la Fédération ont été minimisés là où les équipes qualifiées en coupe d’Afrique interclubs empochent près de 300.000 dollars pour leur déplacement. Pourtant, elles n’ont pas les mêmes charges, les mêmes contraintes, le même standing, le déplacement des joueurs professionnels( 20 ), la même hauteur des primes des matches que l’équipe nationale. L’équipe nationale ne voyage pas non plus à 25 personnes.

D’ailleurs, le Ministre des sports connaît bien la règle. Lorsqu’on amène les prévisions budgétaires, le premier toilettage se fait à son cabinet et le second au Ministère du Bugdet. Le travail d’harmonisation se fait toujours de commun accord avec les délégués de la Fécofa. Donc, le document déposé à son cabinet pour le match de la Tanzanie et celui du Nigéria devait subir le même procédé. Drôle façon de tout rejeter en bloc avant de se raviser si la case commence à brûler. N’eut été la Fecofa, l’équipe resterait à la maison. La Fédération a mis tous les moyens pour permettre aux joueurs de l’équipe A de se déplacer en Tanzanie. En plus de l’équipe A, l’équipe U-20 est également partie en Tanzanie toujours par les mêmes moyens de la Fédération qui est malheureusement traînée en boue. Zéro montant décaissé par le trésor public à cause du blocus imposé par le Ministre des sports.

Voilà la véritable cause du soulèvement des joueurs, du départ de certains d’entr’eux et de la défaite humiliante face aux Taifa stars. Dans la bouche des joueurs, le Ministre des sports est pointé comme le fautif numéro 1. Il a refusé de signer l’ordre de mission, il n’a pas non plus activé les mécanismes pour que l’argent sorte du Trésor public, sans compter l’épineux problème des passeports de service où She Okitundu a dû intervenir personnellement pour décanter la situation des joueurs qui venaient pour la première fois en sélection et ceux dont les passeports n’étaient plus valides. Et face à ce climat malsain, les athlètes ne pouvaient que hurler.

Les matchs contre la Tanzanie et le Nigéria étant inscrit sur le calendrier Fifa, tout désistement des léopards entraînerait de lourdes sanctions de la Fifa. Et au même moment, les deux fédérations, Tanzanie et Nigéria demanderaient le remboursement de tous les frais engagés pour l’organisation de ces rencontres.

Contrairement aux rumeurs que font circuler certaines méchantes langues sur l’enveloppe qu’aurait empochée la Fédération de la part de la Tanzanie et du Nigéria pour avoir invité les léopards, une source interne à la Fecofa se demande si les esprits tordus comprennent le système d’organisation des matches internationaux. La même source prie le Ministre Niango de poser la question aux deux fédérations si elles ont remis combien à leur homologue. Aucun rond n’a été versé pour ces deux matches.

Au ministère des sports, on doit savoir, note un connaisseur du football, que le calendrier Fifa est une occasion accordée aux équipes nationales de renforcer leur cohésion
et d’améliorer surtout leur ranking Fifa ( classement des équipes nationales ). Le meilleur classement Fifa vous offre plusieurs avantages. Un exemple, c’est grâce au meilleur ranking Fifa qu’un joueur local congolais peut quitter Kinshasa pour évoluer directement au championnat d’Angleterre. Sinon, tu devras passer par une autre championnat répondant à cette exigence. Être dans le Top 40 aujourd’hui, c’est un exploit. Les léopards se rapprochent de leurs objectifs à savoir jouer le premier rôle dans le continent. Et Les exemples sont légion.

Pire encore, le Ministre Papy Niango a affirmé que le document lié au match de la Tanzanie lui est tombé comme un cheveu dans la soupe. Document de dernière minute et élaboré à la va vite. Vérification faite, il n’en est rien. La Fecofa avait pris soin de déposer depuis le 14 février 2018 au cabinet du Ministre les prévisions budgétaires pour les deux matches amicaux, inscrits sur les dates Fifa, du 27 mars 2018 contre la Tanzanie à Dar es salam et le 05 mai contre le Nigeria à Lagos. L’accusé de réception du cabinet du Ministre des sports est estampillé sur le document. En plus, le numéro d’enregistrement du dossier apparaît de manière lisible « 0489 ». Et même l’heure de réception « 13h40 ». 14 février soit 41 jours avant le match contre la Tanzanie. Preuve que le document n’était pas tombé comme un cheveu dans la soupe comme a fait croire Papy Niango. Dire que l’accusé de réception du cabinet a été trafiqué paraît comme une fuite en avant pour un responsable qui refuse de s’assumer.

Le vrai problème est ailleurs. Selon les sources récoupées, le Ministre des sports ne jure que par le départ de Florent Ibenge et son staff. Lui et son secrétaire général exigent une évaluation là où la Fécofa a déjà tranché. La Fédération est pour la reconduction du même staff technique avec des objectifs précis. Avis partagé par les joueurs locaux et professionnels, premiers acteurs de l’équipe nationale. « Un problème personnel ? », s’interroge un journaliste sportif.

Au contraire, les joueurs dans leur évaluation, ils auraient exigé uniquement un soigneur professionnel et un bon préparateur physique, explique un ancien joueur résidant en Europe qui désapprouve la méthode du tandem Niango-Okito.
Si Ibenge, dit-il, touche 18.000 euros, il faut chercher, au regard de nos maigres moyens, un entraîneur qui coûterait moins que l’actuel coach de l’équipe nationale. « Où allez vous trouver un entraîneur à moins cher aujourd’hui » ?, s’est interrogé l’ancien léopard.

Là où le bas blesse, c’est quand un Ministre veut inverser de rôle. Il veut être à la fois président de la Fédération et Ministre des sports oubliant qu’il a une politique nationale des sports à faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Comments
scroll to top