Photos walikale: Les morts sont transportés en moto à la place des corbillards

Certaines familles, à l’est de la RD Congo, qui tiennent à ce que leurs défunts soient inhumés chez eux, n’hésitent pas à faire transporter les corps sur des motos, parfois sur des centaines de kilomètres. Un curieux corbillard, moins coûteux et plus rapide qu’un véhicule, mais qui doit se faire discret pour ne pas choquer.

Un corps sans vie enveloppé dans des couvertures, soutenu de part et d’autre par des sticks d’arbres attachés sur une moto. C’est ce qu’ont pu apercevoir des habitants de Walikale le mardi 20 octobre dernier. Dans ce territoire les motos transportent les morts dans des carrières et les ramènent ensuite chez eux sans que plusieurs personnes le sachent. Ici, les motos servent de corbillards.

Arrivés à Walikale-centre au crépuscule, les défunts sont acheminés nuitamment dans les localités où vivent les membres de leur famille. Certains motards disent mettre du sel sur ces cadavres pour éviter que les fluides et le sang s’écoulent à cause des secousses en chemin.

Selon les dires de plusieurs habitants dans ce coin de la province du Nord-Kivu, ce transport est moins coûteux. « Pour un véhicule, ça nous aurait coûté entre 3 00 et 4 50 dollars », explique le jeune frère d’un commerçant décédé récemment dans une carrire.

En outre, la route qui relie cette localité à d’autres coins du pays est totalement délabrée. « Alors que les motos ne mettent qu’une journée pour arriver à dans le centre urbain du territoire, le trajet avec des véhicules (à quatre roues, Ndlr) dure au minimum deux jours et demi si bien que le corps du défunt arrive en état de décomposition », renchérit un membre de la corporation locale des motards.

Même si cette pratique semble surprendre plusieurs personnes, elle profite aussi aux conducteurs des motos taxis : « Pour toute une journée, nous ne gagnons pas plus de 35 000 FC (39 $). Alors que pour ce genre de mission, nous recevons entre 300 et 400 $ dont seulement 50 $ reviennent au propriétaire de la moto ».

Toutefois, ces combines ne sont pas sans risque, car il arrive que des motards disparaissent avec leur passager. Le corps d’un homme, décédé à Kalemie et mis sur une moto le 2 octobre pour être rapatrié à Kabumbe, sa localité natale dans le territoire de Fizi, distante de 290 km, n’était toujours pas arrivé à destination une semaine plus tard. Sans nouvelles du conducteur de la moto, la famille ignore où se trouve le corps du défunt.

http://groupearcenciel.over-blog.com/

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Comment
scroll to top